Épargner

La prime de fidélité

Dans le cadre de l’épargne belge, il existe ce que l’on appelle une prime de fidélité. Elle est acquise au bout d’une année, et est fixe; elle ne varie pas à la hausse ou à la baisse comme le fait le taux de base. La prime de fidélité vient en réalité s’ajouter au taux de base, et récompense la fidélité d’un épargnant qui demeure au fil des années auprès de la même institution financière.

La prime de fidélité se réitère chaque année, et elle peut être allouée selon deux modalités : soit sur les montants qui sont restés inscrits sur un même compte pendant 12 mois consécutifs, soit par année civile, sachant qu’une somme est considérée comme étant restée inscrite pendant une année civile si elle reste inscrite sur un compte pendant 11 mois consécutifs. Les banques qui adoptent cette seconde modalité sont plus souples, puisqu’elles permettent à leurs clients de changer de banque à chaque début d’année, après avoir reçu leurs intérêts.

epargnerLa prime de fidélité est aujourd’hui fortement critiquée en Belgique. En effet, début 2012, 69% des belges étaient pour la suppression de cette prime, qui serait néfaste pour la transparence des activités des banques et du sort des sommes épargnées. Beaucoup considèrent que la seule présence du taux de base serait une meilleure chose pour comparer les taux offerts par les différentes banques. Le système de la prime de fidélité est relativement complexe, puisque 1,5% de taux de base et 1,5% de taux de fidélité n’offrent en réalité pas un taux global de 3%. En témoigne cette statistique: entre ces deux taux de 1,5% et un taux de base de 2,85%, plus de 75% (!) des Belges opteraient pour le taux de base à 2,85%.

La prime de fidélité est vue d’un mauvais œil, son système complexe la rend difficilement compréhensible, et de nombreuses personnes la voient comme un détournement du taux de base, c’est à dire qu’en apparence le taux serait le même, mais le mécanisme étant différent, en réalité la prime de fidélité rapporte moins que le taux de base pour le même taux. De nombreuses personnalités politiques belges se sont mobilisées pour demander de cette prime, qui ne protègerait pas suffisamment les intérêts des clients. Il est par exemple très difficile de savoir dans de nombreuses banques à quel moment l’on peut retirer son argent sans perdre sa prime de fidélité.

L’épargne en vue de la retraite en Belgique

Vous constatez qu’en Belgique la pension légale à laquelle tout le monde a droit et que vous percevrez lors de votre retraite sera sans doute nettement insuffisante pour vous permettre de conserver votre niveau de vie. En conséquence, vous considérez avec raison que vous devez épargner ou investir pour bénéficier d’un bon niveau de vie plus tard, surtout si vous êtes travailleur indépendant.

Fort heureusement, en commençant à épargner suffisamment tôt et en plaçant judicieusement votre épargne, vous pourrez jouir d’une retraite confortable.

Sachez en premier lieu qu’il faut examiner de près les possibilités de placements immobiliers qui sont offertes en Belgique. Pour optimiser ce type de placement, il faut tenir compte de la qualité de chaque bien offert à la vente, de l’agrément du quartier où il se trouve et des travaux que les autorités ont décidé de faire dans ce quartier. En effet, si ces travaux favorisent une valorisation des logements situés dans le quartier concerné, vous pourrez bénéficier d’une plus-value intéressante lors de la revente de votre bien. Ce sera notamment le cas si le quartier bénéficie d’une création d’espaces verts, de la construction d’une nouvelle école ou de la mise en service d’une nouvelle ligne de transports en commun. Il convient donc de rechercher quelles sont les réalisations que les municipalités ou les autorités des provinces ont décidées.
Cependant, pour réussir votre investissement immobilier, vous devez choisir votre locataire avec soin. Il faut notamment vérifier si ses revenus sont au moins égaux à trois fois le montant du loyer et s’il n’a posé aucun problème à son précédent propriétaire.

D’autre part, le législateur a prévu des formules d’épargne qui vous permettront de vous constituer un capital en bénéficiant de réductions d’impôts. En premier lieu, la formule épargne pension vous permet d’investir un maximum de 940 € par année et vous donne droit à un avantage fiscal compris entre 30 et 40 % de vos versements. D’autre part, l’épargne à long terme vous permet de placer un maximum de 2260 € en 2013 en bénéficiant là aussi d’un avantage fiscal pouvant représenter quelques centaines d’euros chaque année. Bien entendu, il est tout à fait possible de cumuler ces deux formules. 

Enfin, si vous avez le temps et la compétence nécessaire, vous pouvez bien entendu gérer vous-même vos placements en Bourse. Mais pour réussir ce type d’opérations, il faut posséder une solide culture financière pour pouvoir bien évaluer les perspectives de valorisation des actions cotées. De nombreuses personnes ont perdu beaucoup d’argent en essayant de faire des placements en Bourse sans s’y être suffisamment préparées. En conséquence, si vous êtes tenté de gérer vous-même des placements boursiers, commencez par suivre l’une des formations proposées par les organismes spécialisés.